Togo : Le monopole de la violence d’État mis à rude épreuve !

août 3, 2020 :

Dans le ‘Savant et le Politique’, Max Weber forge le concept politique de violence légitime. Il définit en effet l’État comme l’institution détenant le monopole de l’usage légitime de la force physique. « La force publique appartient à l’État. Les milices sont sources de guerres civiles », avait mis en garde en octobre 2017, l’opposant Gerry Taama, suite aux échauffourées entre les militants de l’opposition et des individus armés de bâtons et de machettes, encagoulés, et qui s’étaient positionnés en des points stratégiques de certains quartiers de Lomé. Le 1er août 2020, alors qu’une manifestation de la Dynamique Kpodzro (DMK) était annoncée, ces groupes dits d’auto-défense ont été signalés à plusieurs endroits de la capitale togolaise. Où est donc la force publique?

La sécurité nationale dans un pays est du domaine exclusif de l’État. C’est l’une des missions régaliennes de l’État. Cette mission de sécurité publique ne peut être en aucun cas se faire par des citoyens de façon individuelle ou en bandes organisées.

Déjà en 2005, après le décès du général Gnassingbé Eyadema et la prise du pouvoir par son fils Faure Gnassingbé, des manifestations violentes avaient eu lieu dans plusieurs quartiers de Lomé ainsi que dans d’autres villes du Togo comme Aného, Atakpamé notamment. Si l’opposition avait qualifié ces groupes de « milices », eux-mêmes se définissaient comme des « groupes d’auto-défense ».

En septembre 2012, une manifestation du Collectif Sauvons le Togo avait été empêchée dans le quartier Adewui par un groupe d’individus armés de bâtons et de machettes.

En octobre 2017, les manifestations de l’opposition étaient devenues presque quotidiennes après le soulèvement du 19 août à l’appel de Tikpi Atchadam. Face aux manifestants, des individus s’étaient organisés en groupes, armés de machettes de gourdins, de bâtons cloutés, embarqués parfois dans des pickups à visage découvert ou en cagoule   et par moments aux côtés des forces de l’ordre. Ils s’en étaient violemment pris à leurs concitoyens qui voulaient exercer leur droit constitutionnel “le droit de manifester”.

Le ministre de la Sécurité avait présenté ces individus comme des groupes d’auto-défense. « Ce sont des jeunes du quartier qui se sont organisés. A partir du moment où le 5 octobre (2017, ndlr), leurs épouses et leurs sœurs ont vu leurs étalages renversés, les poubelles renversées devant les maisons leurs femmes tabassées », avait alors affirmé Yark Damehane. « Ceux qui posent des barricades, qui cassent des boutiques et tuent des forces de sécurité sont-ils aussi des miliciens ? », s’était par ailleurs interrogé le ministre, avant de promettre que « l’État mettra tout en œuvre pour éviter ce genre de situation ».

Samedi 1er août 2020, la Dynamique Monseigneur Kpodzro et ses alliés ont appelé à manifester pour réclamer la “victoire” d’Agbéyomé Kodjo, actuellement introuvable, à l’élection présidentielle de février 2020. Un échec cuisant pour ceux qui croient toujours dur comme fer que “le candidat du Saint Esprit” est le “président démocratiquement élu” du Togo.

Et alors qu’il fallait laisser l’appel à manifester de la DMK mourir de sa propre mort, encore des individus armés de machettes, de gourdins et de bâtons, ont été signalés à certains points de la ville de Lomé comme le carrefour Sun Agip ou carrefour Jojo Zoumekeh et au niveau de l’échangeur d’Agoè, attendant pour mater tout regroupement de la DMK, si l’on en croit nos nos confrères de Togobreakingnews.

Seul l’Etat a le monopole de la violence

Ce qui confère le monopole de violence à l’État, c’est la légitimité de celle-ci. Car si des personnes ou des groupes peuvent faire usage de la violence, elle n’est en aucun cas légitime. Seul l’État est habilité à utiliser la violence sans qu’on puisse lui en dénier la légitimité. Cela fait partie de ses prérogatives légales. Pour que des individus puissent user de la violence (cas de la légitime défense), il faut que l’État leur en donne l’autorisation. En d’autres termes, les individus tiennent cette légitimité de l’État, sous forme de délégation.

Dans des pays défaillants, affaiblis, confrontés à des insurrections croissantes, les Etats ont tendance à sous-traiter certains services de sécurité à des acteurs non étatiques ou à des comités de vigilance. Même si elle est considérée comme dangereuse, cette approche a au moins le mérite d’être légitime car autorisée par les Etats eux-mêmes. Dans le cas du Togo, qui donne l’ordre à ces groupes dits d’auto-défense?

La veille de la manifestation annoncée de la DMK, un communiqué du mouvement “Les Sentinelles du peuple” avait fait le tour des réseaux sociaux, lançant “un appel patriotique à tous les groupes de veille citoyenne des Sentinelles du Peuple sur l’ensemble du territoire national, de rester éveillés aux côtés de nos populations et en collaboration avec les forces de sécurité et de défense pour faire barrière à toute tentative de troubles à l’ordre public”.

“Face aux manifestations de la DMK et ses acolytes illégaux prévues pour le 1er août 2020, le Comité de veille et de riposte de la commune d’Agoè-Nyivé 1 (CVR) composé des hommes sont sortis (sic) pour sauvegarder la paix et la sécurité que prône notre champion Faure Essozimna Gnassingbé”, pouvait-on lire samedi sur les réseaux sociaux.

Décidément, l’autorité est à l’épreuve de la violence légitime dont elle seule a le monopole.

Ambroise D.

Crédit photo: Togobreakingnews 

 

 

(Visited 216 times, 1 visits today)

Mivasocial Africa - Commentaires

Laisser un commentaire

  • Partenaires & Liens

  • Mivasocial - Le Réseau social Africain

    Mivasocial - Le Réseau social Africain

  • Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

    Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

  • Africaone - Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

    Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

  • A Propos

  • Language
    X Nous travaillons dur pour rendre les traductions disponibles et nous nous excusons pour toute erreur de traduction. Veuillez signaler toute erreur en nous contactant aujourd'hui. - Merci

    Choose a different Language

  • Connexion
  • Inscription
  • - African Social Network - Social Networking sites used in Africa - Africa's top Social Network - Social Network used in Africa - First Social Network for Africa.

    Decouvrez Togosocial - Le reseau social du Togo - Togolese Social network Yaamo - Interest based Social network Djinam - Le moteur de recherche Togoois - Togolese Search Engine Le meilleur site des annonces au Togo - Annonces immobiliers - Annonces a' vendre au Togo Solutions de conception de site web au Togo. Service Cloud hebergement de sites web Togo - Service et Support IT au Togo Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Yaamo interest-based advertising Yaamo is the Social Network about increasing revenue for you and your Business. JOIN TODAY! We are a proud Member. Yaamo helps you advertise. They make it easy and affordable. Togosocial - Le réseau social du Togo - Togolese Social network BNN(Blog, Nouvelles & notes) actualités Togo est le site Togolais des actualités, nouvelles, blogs et notes du Togo et de la Diaspora. BNN redéfinit le journalisme populaire en donnant aux Journalistes, Blogueurs, Écrivains, Etudiants, Universitaires Togolais ou a tout Togolais le meilleur outil pour partager leurs idées, leurs écrits, leurs expériences et les actualités au Togo et dans la Diaspora. L’application Freewriter BNN Togo actualités est sociale et s’intègre directement sur votre profil Togosocial et aussi sur le fil d’activités de vos amis sur le réseau permettant au monde un accès direct à vos articles.