De l’opposition au pouvoir : La problématique de la culture politique en Afrique

septembre 8, 2020 :

L’éclatement du bloc soviétique et la chute du mur de Berlin avaient suscité beaucoup d’espoir dans plusieurs pays d’Afrique. Des conférences nationales avaient été organisées dans nombre de ces pays avec un relatif succès des processus démocratiques amorcés. Mais au fil des années, on se rend bien compte qu’il y a un recul dans cette marche vers la démocratie. Et paradoxe! Ce sont précisément ceux qui ont porté cette sorte de printemps au début des années 90 qui se retrouvent aujourd’hui dans le rôle des violeurs des principes démocratiques.

Les candidatures des présidents ivoirien, Alassane Ouattara, et guinéen, Alpha Condé, pour un troisième mandat inclinent à se demander si les relatives avancées démocratiques ne sont pas en perte de vitesse en Afrique. Alors que le Togo était encore la seule exception en termes de verrouillage des mandats présidentiels, la boulimie du pouvoir affichée par Alassane Ouattara et Alpha Condé fait craindre le pire pour l’Afrique de l’ouest considérée comme entrée dans l’ère démocratique, et par-delà l’Afrique francophone tenue par des chefs d’Etat prêts à mourir au pouvoir. Le cas d’Alassane Ouattara et Alpha Condé inquiète et pour cause.

Deux anciens farouches opposants au pouvoir à vie

Ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) d’où il avait été rappelé par l’ex-président Félix Houphouët-Boigny pour occuper le poste de Premier ministre de Côte d’Ivoire au début des années 90, Alassane Ouattara était contraint à l’exil en 2002, accusé par les sympathisants du président Laurent Gbagbo, d’être l’instigateur du coup d’Etat raté de la rébellion des Forces nouvelles qui venaient de prendre le contrôle du nord de la Côte d’Ivoire.

En 2000, sa candidature au scrutin présidentiel avait été écartée pour cause de “nationalité douteuse”. Il lui aura fallu attendre la modification de la loi sur l”’ivoirité” pour pouvoir rentrer en Côte d’Ivoire en 2006.

Déclaré perdant du scrutin d’octobre 2010, Alassane Ouattara a dû activer son réseau international pour déloger Laurent Gbagbo qui ne voulait visiblement pas quitter le pouvoir. Mais alors, par quel extraordinaire l’ancien opposant, qui déclarait encore en mars 2020 qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, a-t-il pu ravaler ses vomissures?

Quant à Alpha Condé, il fallait être un dur à cuire comme le professeur de droit qu’il est pour s’opposer pendant des décennies au règne sans partage de Lansana Conté. Mais, arrivé au pouvoir en 2010, cet ancien opposant s’est déclaré candidat pour un troisième mandat consécutif, à la faveur d’une révision constitutionnelle sur fond de folklore politique. Exactement comme en Côte d’Ivoire ou au Togo où le “chef”, après des hésitations théâtralisées, accepte “avec humilité” la demande du “peuple” de briguer un nouveau mandat.

Une question de culture politique

Ce paradoxe entre les anciens chantres de la démocratie et le recul démocratique constaté pose avec acuité la question de la pratique politique. “Tous ces opposants ont régné sur leurs partis avec beaucoup de problèmes de démocratie interne. Ils n’ont pas lâché la main, ils ont dirigé leurs partis sur 20, 30 ans sans aucune possibilité d’alternance en verrouillant le leadership du parti”, analyse le journaliste politique Ousmane Ndiaye qui s’interroge: “Pourquoi voulez-vous que, quand ils accèdent au pouvoir, ils deviennent tout d’un coup des démocrates?

Pour le politologue Gilles Yapi, il ne faut pas se perdre dans des conjectures pour comprendre pourquoi les chefs d’Etat africains cherchent à s’accrocher au pouvoir car c’est un virus qui n’atteint pas que les Africains. Le problème, c’est pourquoi les présidents des pays européens qui ont bien envie de conserver le pouvoir ne le peuvent pas alors qu’en Afrique francophone, beaucoup réussissent à le faire? “Il faut s’interroger sur le rôle de la culture politique, de l’entourage de ces chefs d’Etat où personne n’est capable de dire NON au chef en lui rappelant les dispositions constitutionnelles.

Co-signataire avec le Guinéen Thierno Monénembo et le Camerounais Eugène Ebodé, du manifeste “halte à la présidence à vie!”, l’écrivaine ivoirienne Véronique Tadjo se dit heureuse que la jeunesse africaine commence de plus en plus en plus à “prendre le pouvoir” à travers des initiatives citoyennes pour faire entendre sa voix. “Il faut que les jeunes s’emparent de ce problème là (le pouvoir à vie, ndlr) à définissent leur avenir et apprennent à agir”, explique-t-elle.

Il faut une jeunesse debout au sein des partis politiques

Généralement, les partis politiques en Afrique, qu’ils soient de la majorité au pouvoir ou de l’opposition, se résument à la seule personne du chef de parti. C’est ainsi que des formations politiques n’ont connu qu’un seul patron depuis leur création jusqu’à la mort de celui-ci. Au Togo, Gilhrist Olympio est resté seul maître à bord de l’Union des forces de changement (UFC) depuis sa création en 1992 jusqu’à sa mort politique en mai 2010 avec la signature d’un accord politique avec le Rassemblement du peuple togolais (RPT) devenu Unir. Même s’il a cédé le fauteuil du Comité d’action pour le renouveau (CAR) à Me Paul Dodji Apevon, Me Agboyibo n’avait jamais véritablement quitté la présidence du parti qu’il a retrouvée avant sa mort cette année. Aujourd’hui, la reconstruction du CAR est un grand défi. Jusqu’à quand Jean-Pierre Fabre va-t-il encore être aux commandes de l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

Quand Alassane Ouattara déclare après la mort de son candidat désigné, Amadou Gon Coulibaly, qu’il n’y avait plus personne pour porter le flambeau du RHDP au scrutin du 31 octobre, cela devrait résonner dans les oreilles de la jeunesse de la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire comme une insulte à son intelligence.

Au sein des partis au pouvoir en Afrique, l’attitude des présidents comme Faure Gnassingbé, Alassane Ouattara, Alpha Condé, Paul Biya, Ali Bongo, Denis Sassou Nguesso, Idriss Deby Itno, devrait enfanter des Julius Malema pour prendre le leadership et barrer la voie aux présidences à vie. Les partis d’opposition ne sont pas en reste, car ils ont fabriqué en Côte d’Ivoire, en Guinée et peut-être prochainement au Sénégal, des pseudo-démocrates devenus les prédateurs de la démocratie une fois au pouvoir.

Ambroise Dagnon

(Visited 84 times, 1 visits today)

Mivasocial Africa - Commentaires

Laisser un commentaire

  • Partenaires & Liens

  • Mivasocial - Le Réseau social Africain

    Mivasocial - Le Réseau social Africain

  • Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

    Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

  • Africaone - Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

    Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

  • A Propos

  • Language
    X Nous travaillons dur pour rendre les traductions disponibles et nous nous excusons pour toute erreur de traduction. Veuillez signaler toute erreur en nous contactant aujourd'hui. - Merci

    Choose a different Language

  • Connexion
  • Inscription
  • - African Social Network - Social Networking sites used in Africa - Africa's top Social Network - Social Network used in Africa - First Social Network for Africa.

    Decouvrez Togosocial - Le reseau social du Togo - Togolese Social network Yaamo - Interest based Social network Djinam - Le moteur de recherche Togoois - Togolese Search Engine Le meilleur site des annonces au Togo - Annonces immobiliers - Annonces a' vendre au Togo Solutions de conception de site web au Togo. Service Cloud hebergement de sites web Togo - Service et Support IT au Togo Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Yaamo interest-based advertising Yaamo is the Social Network about increasing revenue for you and your Business. JOIN TODAY! We are a proud Member. Yaamo helps you advertise. They make it easy and affordable. Togosocial - Le réseau social du Togo - Togolese Social network BNN(Blog, Nouvelles & notes) actualités Togo est le site Togolais des actualités, nouvelles, blogs et notes du Togo et de la Diaspora. BNN redéfinit le journalisme populaire en donnant aux Journalistes, Blogueurs, Écrivains, Etudiants, Universitaires Togolais ou a tout Togolais le meilleur outil pour partager leurs idées, leurs écrits, leurs expériences et les actualités au Togo et dans la Diaspora. L’application Freewriter BNN Togo actualités est sociale et s’intègre directement sur votre profil Togosocial et aussi sur le fil d’activités de vos amis sur le réseau permettant au monde un accès direct à vos articles.