Tentative de coup d’État : La belle trouvaille de Ouattara pour se débarrasser de Soro, un ancien poulain devenu trop encombrant

Guillaume Kigbafori Soro est décidément dans de mauvais draps. Un mandat d’arrêt international est émis contre l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne pour tentative d’atteinte à l’autorité de l’État et à l’intégrité du territoire, détournement de deniers publics, recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux.

Selon le procureur de la république de Côte d’Ivoire, Richard Adou, “monsieur Guillaume Kigbafori Soro, se trouvant à l’extérieur du pays depuis plusieurs mois, projetait d’atteinter à l’autorité de l’État et à l’intégrité du territoire”.

“Les éléments en possession des services de renseignement dont un enregistrement sonore indiquant clairement que le projet devait être mis en œuvre incessamment, le procureur de la république a ordonné l’interpellation et l’arrestation des mis en cause”, a expliqué Richard Adou sur la RTI.

Guillaume Soro et d’autres personnes proches de lui sont également accusés de “détournement de deniers publics, recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux portant sur la somme d’un milliard cinq cent millions francs CFA”.

Le procureur confirme l’ouverture d’une information judiciaire contre l’ancien premier ministre, ex-chef rebelle et bras droit de l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara contre qui il est entré dans un bras de fer terrible depuis sa démission de la présidence de l’Assemblée nationale.

Lundi 23 décembre, l’avion transportant Guillaume Soro en provenance de Paris a tout simplement été dérouté sur ordre de l’intéressé pour se poser à Accra. Aux dernières nouvelles, monsieur Soro serait reparti en Espagne.

Après sa démission du perchoir de l’assemblée nationale, l’ancien chef de la rébellion qui a sévèrement endeuillé la Côte d’Ivoire, défie ouvertement son ancien mentor Alassane Ouattara depuis que celui-ci a clairement montré des signes qui indiquent que l’ancien président de la FESCI n’était pas son dauphin pour la succession au “trône”.

Les ennuis judiciaires de Guillaume Soro sont nombreux. Impliqué dans la tentative de renversement des autorités de la transition au Burkina Faso, il a échappé de justesse à une arrestation à son domicile en Espagne en 2015. Pilier essentiel de l’ex-rébellion, GKS est aussi accusé d’être à l’origine des mutineries qui avaient ébranlé la Côte d’Ivoire entre-temps. Sans compter la crise post-électorale de 2011 qui avait fait plusieurs milliers de morts et sur laquelle la procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, veut bien tourner son regard vers le camp Ouattara.

L’élection présidentielle de novembre 2020 s’annonce incertaine pour la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro ayant montré clairement sa farouche opposition au camp présidentiel et son accointance avec Charles Blé Goudé, le bras de Laurent Gbagbo, dans la perspective d’une candidature unique.

Ambroise DAGNON

Françafrique: Nathalie Yamp expulsée de la Côte d’Ivoire

Nathalie Yamp n’est peut-être plus la bienvenue en terre ivoirienne. La conseillère de Mamadou Koulibaly, président du parti LIDER, s’était présentée à la préfecture de police d’Abidjan ce lundi où la décision de son expulsion lui aurait été notifiée selon la presse locale. C’est la victoire du réseau françafrique contre une Camerounaise trop encombrante, pensent certains.

Pour l’heure, il est difficile de dire si Nathalie Yamp, connue pour ses fatwas contre la France, va devoir plier bagages immédiatement et quitter la Côte d’Ivoire. Une certitude toutefois, “nous avons pris toutes les dispositions puisque la rumeur de son expulsion est très forte. Nous lui avons laissé sa valise, ses papiers et on attend“, a indiqué M. Koulibaly dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux plus tôt dans la journée.

Ils font trainer les choses le plus longtemps possible ici et ils vont l’emmener directement à l’aéroport pour éviter un rassemblement“, confie une source proche du LIDER, citée par la presse ivoirienne.

Présente au récent sommet Russie-Afrique, la Camerounaise Nathalie Yamp, s’était violemment attaquée à la France pour son rôle trouble dans ce qui arrive à l’Afrique depuis bien longtemps. Depuis, elle n’a de cesse de multiplier des tweets anti-français. Une source bien introduite à Abidjan nous a confié que sa convocation par la préfecture de police a été initiée par l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire.

Serge N’guessan

Côte d’Ivoire : De juteux marchés aux entreprises françaises avant la visite de Macron en décembre

Lorsqu’il le recevait à l’Elysée en juillet dernier, Emmanuel Macron avait clairement posé à Alassane Ouattara, les conditions de sa venue en Côte d’Ivoire en décembre prochain. Le président français veut s’assurer que certains marchés juteux soient confiés à des entreprises françaises. Aujourd’hui, c’est chose faite.

En pôle position, Bouygues, croit révèle ‘La Lettre du Continent’.  Écarté du marché d’extension de l’aéroport de Port-Bouët au profit de China Railway International Group, c’est à l’oral que le groupe français a été repêché in extremis. Grâce à l’intervention personnelle du chef de l’Etat Alassane Ouattara. Bouygues se voit donc confier le chantier de construction de la ville nouvelle sur 3700 hectares, adossée à l’aéroport. Comme partenaire, Bouygues travaillera avec Egis, un autre groupe hexagonal. Déjà en juin dernier, Bouygues a réussi à obtenir de l’Etat ivoirien, l’augmentation de 300 millions d’euros le budget de 1,3 milliards d’euros initialement alloué au marché de construction du métro urbain d’Abidjan.

Fin octobre, Bouygues a obtenu un contrat de 40 milliards de F CFA pour la réhabilitation du Centre hospitalier régional de Youpougon, la plus grande commune d’Abidjan.

Par ailleurs le chantier de construction de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme à Jacquesville, resté sans suite depuis la pose de la première pierre en 2018 par le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, a extraordinairement été réactivé. L’attribution de ce marché à GCC, un autre groupe français, a été faite par le ministre d’Etat, Hamed Bakayoko, qui a présenté le projet en septembre à l’ambassadeur français en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson. Avec le démarrage rapide des travaux.

Serge N’Guessan

Côte d’Ivoire: Qui dirige le FPI? Affi N’guessan s’accroche

Tout le monde le sait. Le FPI est divisé. Alors qu’une bonne partie des militants est restée fidèle au président-fondateur, une autre emmenée par Pascal Affi N’guessan veut définitivement tourner la page Gbagbo. Et à l’approche de la présidentielle de 2020, l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo veut clarifier les choses. Dans une interview à Event News Tv, Affi N’guessan se considère comme le seul président légal et légitime du parti. « Si Laurent Gbagbo dit qu’il est le président du Fpi, ce serait une imposture, parce qu’il n’a jamais été élu président depuis 2001. Depuis 2001, c’est moi le président. Et, lorsqu’il s’agit d’élire un nouveau président, le président en exercice organise un congrès, rend compte de sa gestion, il y a vote du quitus et puis élection. Je n’ai jamais organisé un congrès où Laurent Gbagbo a été candidat depuis 2001. Donc, je ne vois pas où il a été élu président du Front populaire ivoirien, c’est ça la réalité », a-t-il expliqué.

Alors que beaucoup prêtent à Laurent Gbagbo qu’il ne serait pas content de la gestion qui est faite du FPI par son ancien Premier ministre, Pascal Affi N’guessan fait le Saint Thomas. « Le président Laurent Gbagbo, j’attends de le rencontrer pour savoir si tout ce qui se dit à son sujet est vrai. S’il veut effectivement être président du parti après l’avoir cédé 18 ans. On raconte beaucoup de choses, on publie beaucoup de documents en son nom, on ne voit jamais signer, d’autres signent à sa place. J’attends d’être situé sur cette question. Je note que lui-même n’a jamais pris la parole pour dire ce qu’il veut exactement et jusqu’à ce jour, tout est fait, aucune photo n’est publiée avec le président Laurent Gbagbo, aucun texte n’a été signé du président Gbagbo. Alors que depuis un certain nombre de mois, nous savons tous qu’il est en liberté », a-t-il souligné.

Président du FPI, Affi N’Guessan est contesté par le camp Gbagbo, mais reconnu par le pouvoir du président Alassane Dramane Ouattara. Alors que la coalition au pouvoir peine à s’entendre sur son candidat au scrutin de 2020, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo pourraient présenter un candidat unique contre celui du pouvoir. Pendant ce temps, Guillaume Soro, ancien Premier ministre et ex-président de l’Assemblée nationale, pourrait être le troisième larron qu’il ne faudra surtout pas minimiser.

Ambroise DAGNON

 

Côte d’Ivoire : La 5e édition du FRAT sous le signe du leadership féminin

Rendez-vous d’exhibition et de promotion du savoir-faire culturel de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, l’édition de cette année met un accent particulier sur la place de la femme dans la société. La présence, à cette cérémonie du représentant de la ministre burkinabè de la femme et de la famille, est la preuve évidente du prix qu’attachent les autorités du Burkina Faso à la femme à travers cet événement.

Une séance de formation sur l’entrepreneuriat féminin a réuni ce jour des dizaines de participantes. Pour l’occasion, un expert en entrepreneuriat et développement a fait le déplacement de Ouagadougou pour donner à ces femmes les outils nécessaires pour mieux jouer leur rôle de catalyseur économique dans la société.

Pour couronner le tout, le prix Wakati, qui récompense les hommes et les femmes qui ont impacté leur temps, a été remis ce samedi après-midi à une dizaine d’acteurs, par la directrice de la promotion de la femme du Faso.

Le Festival de la Fraternité est un événement annuel organisé par ‘Kulture Nomade’ et qui se veut un canal de promotion de la vie culturelle des communautés burkinabè et ivoirienne et de renforcement des liens entre les deux peuples.

Ambroise DAGNON

Culture : Grand Bassam accueille la 5e édition du FIAT en octobre

La ville de Grand Bassam (Côte d’Ivoire) accueille du 18 au 20 octobre prochain, la 5e édition du Festival de la Fraternité (FIAT). « Le choix de la ville de Grand-Bassam n’est pas fait au hasard. Grand-Bassam est la première capitale de la Côte d’Ivoire, c’est une ville balnéaire très visitée par la population cosmopolite abidjanaise le week-end, et se présente à ce titre comme un cadre idéal pour la production d’un festival. Mais le choix est aussi historique, parce qu’un tournant très important de l’histoire du Burkina a été écrit ici à Grand Bassam », a confié le promoteur du festival, Pascal Dimzouré à Diaspo24.info.

S’en suivra la traditionnelle caravane du FIAT qui sillonnera, du 21 au 27 octobre 2019, les villes ivoiriennes de Vavoua, Daloa, Zoukougbeu, Duekoué, Soubré, Méagui, San Pedro avec des messages sur le thème du FRAT 5 « la culture comme vecteur de cohésion sociale ».

Une trentaine d’artistes sont attendus à ce rendez-vous qui se veut un canal de promotion de la vie culturelle des communautés burkinabè et ivoirienne.

La participation au FRAT est libre et gratuite. Pascal Dimzouré et son équipe promettent des merveilles aux participants à cette 5e édition.

Dj Arafat, la star du coupé-décalé, est décédé!

Victime d’un accident de moto dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août à Abidjan, l’artiste ivoirien Ange Didier Huon – alias DJ Arafat – est mort des suites de ses blessures dans une clinique d’Abidjan, selon plusieurs sources officielles ivoiriennes, dont Maurice Bandaman, le ministre ivoirien de la Culture.

La star du « coupé-décalé » est décédée lundi 12 août à la Polyclinique des Deux Plateaux, à Abidjan. L’artiste est mort des suites de ses blessures après un grave accident de la route, survenu dans la nuit de dimanche à lundi. Sa moto a percuté une voiture conduite par une journaliste de Radio Côte d’Ivoire. Le chanteur, inconscient, a été rapidement pris en charge et admis en soins intensifs. Il n’a malheureusement pas survécu.

« Il a été admis aux urgences dans un état végétatif. Il avait notamment une fracture du crâne et un œdème », a confié à Jeune Afrique un médecin de l’établissement, sous couvert d’anonymat. Les équipes soignantes ont tenté de le réanimer, « en vain ».

Deux ministres du gouvernement ivoirien, qui se sont rendus au chevet de l’artiste, ont confirmé le décès à Jeune Afrique, de même qu’un haut fonctionnaire en poste à Abidjan. « Je suis à la clinique où DJ Arafat a été admis. Je peux vous confirmer que l’artiste est décédé. Je suis avec le ministre d’État Hamed Bakayoko, pour nous organiser avec la famille », a déclaré Maurice Bandaman, ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie.

L’information a par ailleurs été confirmée sur les antennes de la RTI, la chaîne publique ivoirienne, dans son journal de 13h.

Source: Jeune Afrique

Gestion du bassin de la Volta: De nouveaux textes en cours de validation à Lomé

Après 13 ans d’existence de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV), spécialistes et experts en ressources humaines, comptabilité, finances et procédures administratives venant des 6 pays à savoir, le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali et le Togo se réunissent  à Lomé depuis le 30 juillet 2019 pour l’actualisation de leurs textes organiques.

Les ressources humaines, les procédures administratives, comptables et finances, les conclusions de la 4ème réunion du comité de pilotage du projet VSIP de l’autorité, sont autant de préoccupations prises  en compte par les nouveaux textes de réglementation que contiennent les documents soumis à validation en vue de maximiser ses ressources en faveur d’une gestion efficiente.

A terme d’évaluation à travers des rapports, ces documents seront soumis à l’appréciation et à d’éventuels amendements des experts au cours d’un atelier qui regroupe les 6 Etats traversés par la Volta. « Nous sommes à Lomé pour triturer les aménagements proposés, par le biais de ces nouveaux textes fondamentaux de l’ABV, face aux conditions actuelles, il nous faut ces textes pour cadrer tous ces domaines de gouvernances afin de pouvoir maximiser nos ressources dans une coexistence pacifique des Etats », a expliqué Robert Dessouassi, Directeur Exécutif de l’ABV.

Cinq documents ont été essentiellement développés à savoir, un manuel de gestion des ressources humaines, un système d’évaluation de la performance du personnel, un nouveau système de rémunération pour l’ABV, un réglementent intérieur et un manuel de procédures administratives. Ledit atelier prend fin ce jeudi 1er août 2019.

Kahled Bonfoh

Côte d’Ivoire : L’ambassade des USA soutient la formation des directeurs de communication des ministères

Une cinquantaine de directeurs de communication des ministères et d’institutions de l’Etat ivoirien apprennent à mieux communiquer. Depuis hier jeudi, ils sont en séminaire de formation à Ivotel Plateau à Abidjan. Deux jours de partage d’expériences et de renforcement des capacités afin de dire efficacement aux populations ce qu’elles doivent savoir sur les programmes étatiques.

Initié par le ministère ivoirien de la Communication et des Médias en partenariat avec l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique, ce séminaire se donne le défi d’outiller les directeurs de communication afin qu’ils puissent communiquer efficacement, pour mieux informer les populations sur les programmes étatiques et susciter leur adhésion. « Nous vivons dans un monde globalisé caractérisé par l’ouverture des frontières et le partage des valeurs. L’avènement de l’internet et des réseaux sociaux constitue le conducteur de cette révolution (…) que nous avons l’obligation d’intégrer dans nos modes de gouvernance », a indiqué le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, à l’ouverture des travaux jeudi.

Le défi pour l’Ambassade des Etats Unis, en soutenant cette initiative, est de contribuer à faire barrage aux ‘infox’ diffusées sur l’internet. Ce qui exige des patrons de la communication une adaptation au « nouveau monde » en devenant plus agiles et proactifs.

Les participants ont beaucoup échangé lors des travaux avec des ateliers de renforcement de leurs capacités en matière de gestion, de diffusion et d’interaction de l’information gouvernementale et institutionnelle. Une plateforme des communicants pour mieux coordonner le travail entre les différents services de communication est prévue à terme.

Pascal DIMZORE

 

Côte d’Ivoire : le doute plane toujours sur les intentions de Ouattara pour 2020

Alassane Ouattara ne sera pas candidat en 2020. Si le président ivoirien l’a déjà dit lui-même à plusieurs reprises, un récent entretien sur France 24 incline à remettre en cause cette promesse surtout quand on sait ce que vaut la parole politique en Afrique. Mais le ministre ivoirien des Affaires présidentielles, Birahima Ouattara, a indiqué que son président de frère aîné n’envisage pas de briguer un 3eme mandat.

« Mon frère est fatigué. Il n’est nullement concerné par un 3eme mandat. Cette affaire de 3eme mandat, ce sont des rumeurs. En 2020, il passera la main », a confié Birahima Ouattara  à des proches, selon le journal ivoirien Le Temps.

«En politique, on ne dit jamais jamais. Mais attendez 2020, vous connaîtrez ma réponse en ce moment-là». Cette réponse du président ivoirien lors d’un entretien sur France 24 laisse planer des doutes sur ses réelles intentions pour la présidentielle de 2020. Même si avant cette phrase, Alassane Ouattara avait clairement affirmé « a priori, je ne le ferai pas (3eme mandat, ndlr),» les Ivoiriens se posent toujours la question de savoir si oui ou non le successeur de Laurent Gbagbo respectera la constitution qui limite à deux les mandats présidentiels. L’inquiétude des opposants au président Ouattara tient surtout de la crise au sein de la coalition au pouvoir.

En effet, après la dernière révision constitutionnelle,  une crise sourde a éclaté au sommet de l’Etat ivoirien. Le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, numéro 2 de l’exécutif jusqu’aux élections législatives, est relégué à la quatrième place, derrière le Premier ministre et le président du Sénat. Une nouvelle configuration qui apparaît comme un pied de nez à l’ancien patron des rebelles ivoiriens, soutien d’Alassane Ouattara. Dès lors, des mutineries ont éclaté à plusieurs, avec à la clé des revendications qui ont fait plier le gouvernement ivoirien. Beaucoup y voyaient la main de Guillaume Soro, perçu comme potentiel dauphin de M. Ouattara. On ne passera pas sous silence les dissidences au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) lors des législatives de 2016.

Cette “confidence” du frère cadet du président ivoirien suffit-t-elle à rassurer les détracteurs de l’ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny?