Université de Lomé | Acte 4 du tournoi «Grand 8»: La Faseg sacrée championne

Démarré le 6 janvier, ce tournoi a regroupé les huit meilleures équipes de football du championnat universitaire 2019.

La Faseg et la Faculté des sciences humaines et sociales (Fshs) ont obtenu leur billet pour la finale en battant respectivement la Faculté des sciences (Fds) sur un score de 4 buts à 2 et l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) sur un score de 2 buts à 0.

En finale, les économistes et gestionnaires se sont défaits des étudiants des sciences humaines et sociales par 2 buts à 0.

Pour cette 4e édition qui s’est déroulée en présence du président de l’université de Lomé, frofesseur Komla Dodzi Kokoroko, du directeur de cabinet du ministre chargé des Sports, Franck Kokou Missité, et du président de la Fédération togolaise de football ( FTF), Colonel Guy Akpovy, c’est une première qui entend contribuer à la promotion de la jeunesse universitaire et à la détection de nouveaux talents pour le championnat.

« Cette manifestation ressemble un peu à ce que nous appelons “rentrée sportive”. Après la rentrée académique, la rentrée pédagogie et la rentrée administrative, nous avons la rentrée sportive et bientôt il y aura la rentrée culturelle. Il s’agit d’une compétition entre les huit meilleures équipes de l’Université de Lomé, histoire de les réchauffer et de les remobiliser pour le championnat universitaire qui va démarrer en mars prochain », a indiqué Koffi Nutefé Tsigbé, directeur du Centre des oeuvres universitaires de Lomé (COUL).

La cérémonie de remise de récompenses s’est tenue sur la scène Bella Bellow de l’université de Lomé suivie d’un Méga concert. Le prix du meilleur buteur a été remporté par Issam Tchadjobo de la Faseg qui a marqué 4 buts en 3 matchs grâce à son doublée conduisant la Faseg à ce nouveau sacre.

Cette 4e édition du tournoi «Grand 8» a connu un franc succès, comme en témoignent la forte mobilisation et l’intérêt des étudiants à cette initiative qui s’inscrit dans le fil droit de la vision poursuivie par le président de l’UL, Prof Dodzi Kokoroko.

Khaled Bonfoh

Université de Lomé : Les doctorants ont enfin compris Kokoroko !

Jeudi, les doctorants promotion 2017-2018 réunis au sein d’un collectif ont rencontré le président de l’Université de Lomé, après leur sortie médiatique tapageuse. Au cours de cette rencontre qui ont essentiellement porté leurs conditions matérielles et financières, Pr Dodzi Kokoroko a déploré les déclarations du collectif relativement  aux changements universitaires en cours et qui nécessitent du temps et de la réflexion.

Quelle est l’importance de la de la rentrée doctorale prévue pour septembre 2018 avec des séminaires tout au long de l’année universitaire ? Quelle est la politique en cours d’accréditation des structures de recherche (SRU) ? Quid de la transmission du projet de décret sur les écoles doctorales (ED) au Ministère de tutelle au titre des travaux de la Commission UK-UL ? Les préjugés des interlocuteurs du président de l’université de Lomé sont déconstruits au terme de la rencontre. En témoigne ce communiqué du Secrétaire général du Collectif. « La présidence de l’UL nous a exhortés à nous organiser en association pour des échanges suivant une périodicité qui sera définie ultérieurement sur fond d’utiles conseils sur l’art de la thèse de doctorat », a écrit Joseph Balouki qui ajoute : « La présidence a également insisté sur le nécessaire changement de mentalités autant des doctorants que des directeurs de thèse ».

La présidence de l’université de Lomé a entamé la construction d’un Laboratoire sur budget 2019 de l’Université ; elle a par ailleurs un projet de construction du premier étage du bloc polyvalent devant abriter une salle qui sera dédié aux doctorants. Toutes informations qui ont été portées à la connaissance du Collectif, sans oublier la politique d’équipement en ouvrages de la Bibliothèque Universitaire et l’accès des doctorants aux réseaux wifi de l’Université en septembre prochain.

Repartis avec la promesse de Dodzi Kokoroko que leur doléance de revalorisation des bourses doctorales sera soumise à qui de droit, Joseph Balouki et les siens se disent disposés à garder le contact avec les structures habilités de l’UL pour avoir les informations utiles sur les formations doctorales. C’est sans nul doute la meilleure démarche pour éviter que des erreurs à l’avenir.