Présidentielle au Togo: le PDP votera le candidat qui ne dissoudra pas l’Assemblée nationale

Cette tournée a permis au président à Innocent Kagbara d’expliquer les raisons de l’invalidation de sa candidature par la Cour constitutionnelle.

Quant au scrutin du 22 février, Innocent Kagbara ne soutiendra que le candidat qui accepte de négocier l’alternance avec le parti UNIR et qui promet de ne pas dissoudre le parlement actuel.

“Nous avons dit à nos militants que nous n’avons pas d’objectif dans l’immédiat. Nous leurs avons dit que celui que nous allons voter doit avoir un projet de société dont la mise en œuvre garantit l’éducation et la santé pour tous”, a t’il confié mercredi à la presse.

La campagne électorale a démarré commence jeudi 6 février avec 7 candidats en lice pour le premier tour des élections prévu le 22 février.

Khaled Bonfoh

Togo: Santé, éducation, retraite…, les grands axes du projet de société d’Innocent Kagbara

Consolidation du processus démocratique et de l’unité nationale dans le respect de la diversité qui caractérise le pays, construction d’une nation unie, solidaire et jouissant d’un environnement de paix et de sécurité, construction d’une démocratie réelle, forte et juste, mise en place d’une administration décentralisée et au service du développement, le projet de société du candidat Innocent Kagbara est ambitieux et se résume dans un document de 40 pages.

« Faire du Togo un pays à revenu intermédiaire, un pays industrialisé », c’est le rêve du patron du PDP qui envisage une fois élu, « construire une maison où les retraités vont se retrouver et où ils ont de l’assistance administrative (…) et même si les concernés n’ont pas d’enfants au pays, sont pris en charge ». Cette maison des retraités se veut un lieu de distraction où les retraités se retrouvent.

Celui qui se voit déjà dans la peau du futur président du Togo promet « un fond de 40 milliards Fcfa pour permettre à la population, les parents qui sont en difficultés d’envoyer leurs enfants à l’école et ils nous paieront quand ils vont commencer par travailler comme c’est fait au Canada, aux USA pour aller à l’école ». En clair, avec Innocent Kagbara à la tête du Togo, « l’institution vous prête et après vous payez » après vos études.

La presse n’est point oubliée dans le projet de société du candidat du PDP. Il entend « porter la dotation à la presse à 1 milliard Fcfa et construire une maison des médias ».

Khaled Bonfoh

 

Présidentielle 2020 : Le PDP contre l’idée d’une candidature unique de l’opposition

Après plusieurs partis politiques de l’opposition, c’est au tour du Parti Démocratique Panafricain (PDP) d’effectuer sa rentrée politique. Les  responsables du parti étaient devant la presse ce lundi 28 juin 2019 à Lomé.

L’idée est de dévoiler à la presse d’une part la vision et les perspectives du parti dans le cadre des élections présidentielles de 2020 et d’autre part les informer des intentions et la désignation du potentiel candidat à ce scrutin.

Les discussions ont essentiellement porté sur le résumé des récentes activités menées par le PDP et sa position actuelle dans la vie politique du pays.

En ce qui concerne les échéances électorales à venir, la position du leader Innocent kagbara est très claire: «non à la candidature unique».

Pour lui, le scrutin à 2 tours est le meilleur moyen et offre une meilleure compétition.
«On va pouvoir mieux s’implanter et soutenir le candidat de l’opposition qui aura le plus de voix», a expliqué Innocent Kagbara.

Innocent Kagbara est le candidat désigné par le bureau national du PDP. Il sera investi lors d’un congrès dans les prochaines semaines.

Khaled Bonfoh

Togo: Une réunion du PDP de Bassabi Kagbara dispersée dans le Dankpen

Selon des témoins joints par nos soins, la délégation du PDP avec sa tête son président Bassabi Kagbara, a mis en circulation des camions pour convoyer des jeunes des différents villages de la préfecture. Et pour convaincre les populations de Guérin-Kouka, Mabole, Namon, Nampoch entre autres, le nom de Targone Sambiani, le député président du DSA, parti membre de la coalition des quatorze,  était le label idéal. À l’évocation de ce nom très populaire dans le Dankpen, Kagbara et sa suite espéraient donc ratisser large. Malheureusement, ils se sont vu opposer une fin de non-recevoir catégorique de la part des populations à l’exception de quelques curieux qui ont fait le déplacement tout en prenant soin d’éviter les véhicules mis à leur disposition par le parti.

Une fois sur place, les choses ne se passeront pas comme prévu. “Nous avons insisté pour savoir si l’honorable Targone était vraiment celui qui a mandaté Kagbara pour venir nous parler”, nous a confié au téléphone un de ces jeunes, qui poursuit: “ils nous ont dit que l’honorable (Targone Sambiani, ndlr) serait là en personne. Mais quand nous avons insisté, Kagbara avait de la peine à nous répondre“. Face donc au bégaiement de leur interlocuteur, les jeunes ont alors tenté de s’en prendre physiquement à Bassabi Kagbari qui, à leurs yeux, “n’est qu’un manipulateur au service du pouvoir“.

D’autres jeunes, toujours selon notre source, seraient alors venus après pour disperser la réunion obligeant la délégation du PDP à prendre ses jambes à son cou. Comme quoi, il n’est pas du tout aisé d’être “centriste” au Togo ces temps-ci.

Togo – le Groupe des Centristes appelle à la tenue des élections avant la fin de l’année

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Courrier d’Afrique,  le Groupe des Centristes fustige d’abord le traitement réservé par “certains partis politiques et la société civile ” aux récentes propositions du Groupe des 5 pour une sortie de crise.

Toutes les solutions et propositions venant de pays ou institutions soucieuses du sort du Togo restent d’excellentes pistes de réflexion, qui devraient être appréhendées avec tact, écoute et ouverture. C’est pour cela que le groupe des centristes déplore le traitement inadmissible réservé par certains acteurs politiques et d’autres membres de la société civile, aux propositions du groupe des cinq, concernant leur analyse de la crise togolaise“, peut-on lire dans le document qui rappelle que “nos traditionnels partenaires techniques et financiers n’ont pas vocation à dire aux acteurs politiques togolais uniquement ce que ces derniers désirent entendre, mais nous souhaitons d’eux qu’ils expriment leur pleine lecture de la situation, même si la décision finale revient aux Togolais“.

Face à la stagnation du dialogue politique,  le groupe à Gerry Taama,  Francis Ekon et Jean-Marie Bassabi Kagbara réitère sa proposition de sortie de crise qui se résume en deux points notamment la révision constitutionnelle sur la base d’une synthèse des propositions de tous les acteurs politiques, par une adoption soit à l’Assemblée nationale par par référendum, en laissant de côté la question de la candidature ou non de l’actuel président, quitte à la régler éventuellement lors d’un accord politique, et ensuite, l’organisation des élections locales et législatives suite à une révision en profondeur du cadre électoral. “Tout ceci devant se tenir au plus tard avant la fin de l’année 2018, pour mettre un terme à la crise politique“, proposent les Centristes.

Ils justifient leur position par la nécessité pour le Togo de ne pas “se saborder volontairement, pour courir une fois encore, à la dernière minute, à des solutions improvisées, qui suspendent le différend politique sans le régler définitivement” dans un contexte de “compétition économique féroce”.