A Tsévié, les populations en colère contre l’ingratitude des cadres UNIR de la région Maritime

” L’insolence et l’ingratitude sont deux vices bien communs, mais quand on les éprouve, il est bien difficile d’être insensible”. Cette pensée de Marie-Thérèse Rodet Geoffrin, dans sa Lettre à Stanislas II Auguste, résume bien la réaction de la population de Tsévié samedi dernier devant des cadres de l’Union pour la République (UNIR). A deux mois de l’élection présidentielle.

Le samedi 7 décembre en effet, au relais de la commune de Tsévié, des cadres UNIR (au pouvoir) ont offert 64 motos aux représentants des comités préfectoraux de conducteurs de taxi-moto communément appelés ‘zémidjan’ des différents cantons de la région Maritime. Acte louable puisque les bénéficiaires vont rembourser sans intérêt. Toutefois c’est un geste insuffisant pour exprimer vivement la gratitude des acteurs qui étaient venus quelques mois plus tôt solliciter les suffrages des populations lors des municipales du 30 juin, et qui ne sont plus jamais revenus dire un simple merci.

Quelques motos et une sensibilisation sur le PND (Plan national de développement, ndlr), et c’est fini. On a voté pour eux, ils ne sont jamais revenus nous dire merci comme on l’a vu faire surtout dans les régions du nord (nord du Togo, ndlr). C’est déplorable“,  dénonce un militant visiblement en colère. Yawagan, une revendeuse venue assister à la cérémonie, condamne: “c’est très triste ce que font nos frères. Ils savent que nous existons seulement quand viennent les élections; après ça, ils disparaissent pour ne réapparaître qu’à la veille de nouvelles élections“.

Le premier tour de l’élection présidentielle, c’est le 22 février. Les opérations de charme vont bientôt commencer. Les cadres UNIR de la région Maritime, dont certains sont connus pour leur arrogance et leur ingratitude, peuvent déjà dresser le profil des comités d’accueil qui les attendent.

Crédit photo: Site officiel de UNIR

Journée internationale des personnes âgées: Les Séniors au coeur du PND

Le Togo a célébré mardi la journée Internationale des personnes âgées. « Vers une égalité entre les tranches d’âge », c’est le thème retenu par la communauté internationale pour commémorer cette journée initialement dédiée chaque 1er Octobre.

Pour le gouvernement togolais, à travers son ministère de l’action sociale et de la promotion de la femme, c’est l’occasion d’améliorer la protection à la prise en charge et à la valorisation du potentiel des personnes âgées au Togo.

À en croire la ministre de l’action sociale, Tchabinondji Yentchare, le thème de cette année s’aligne donc sur l’Objectif de développement durable numéro 10 (ODD10) qui met l’accent sur la réduction des inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre et indique également le rôle que peuvent jouer ces séniors dans le développement du pays en général et dans l’atteinte des objectifs du Plan national de développement (PND) lancé en début d’année par le gouvernement togolais.

Selon les Nations unies, les inégalités fondées sur les revenus, le sexe, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle, la race, la classe sociale, la religion et les inégalités de chance persistent à travers le monde, dans les pays et d’un pays à l’autre. Les inégalités constituent une menace pour le développement économique et social. Elles ont aussi des effets sur la réduction de la pauvreté et sapent le sentiment d’accomplissement et l’estime de soi des individus.

Pour Tchabinondji Yentcharé, le plus important est d’améliorer les conditions d’intégration sociale des personnes âgées de 60 ans et plus et à renforcer leur autonomie en vue de la capitalisation de leur contribution à l’effort de développement de notre nation.

«Je remercie le chef de l’État pour sa politique d’inclusion grâce à laquelle les personnes âgées se voient offrir de nouvelles perspectives pour leur épanouissement et davantage de place dans les programmes de développement», a t’elle martelé.

Au menu de cette journée, des causeries débats, des forras, des séances de conscientisation et des activités de réjouissance.

Les inégalités entre personnes âgées et jeunes se traduisent souvent à travers des éléments comme le lieu de résidence, le sexe, le statut socio-économique, la santé, les revenus, etc.
Selon le conseiller technique de la ministre de l’action sociale, Philippe Kodjo Yodo, les personnes âgées ont beaucoup de connaissance et d’expérience qu’elles peuvent partager avec les jeunes.
«Les personnes âgées peuvent continuer à encadrer la jeunesse en partageant avec elle leur savoir-faire et leur savoir-être. Elles peuvent apporter beaucoup dans la réalisation du PND», a t’il expliqué.

Entre 2015 et 2030, le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait passer de 901 millions à 1,4 milliard d’individus. Le vieillissement rapide de la population, qui vient s’ajouter à d’autres changements sociaux et structurels, peut exacerber ces inégalités et, par conséquent, limiter la croissance économique et la cohésion sociale , indiquent les Nations unies.

Cette année, la journée internationale des personnes âgées entend attirer l’attention sur l’existence d’inégalités liées au vieillissement, qui sont souvent le résultat d’inégalités accumulées tout au long de la vie, et mettre en avant les risques que posent ces inégalités en termes de solidarité intergénérationnelle.

Cette journée veut également sensibiliser l’opinion et rappeler qu’il est urgent de prévenir les inégalités liées au vieillissement et de lutter contre celles-ci. Ils s’agira aussi d’explorer des changements sociétaux et structurels en termes de politiques de développement (apprentissage tout au long de la vie, politiques du travail proactives et adaptées, protection sociale et couverture maladie universelle) et de réfléchir aux bonnes pratiques, mettre en avant les progrès accomplis en ce qui concerne l’élimination des inégalités à l’égard des personnes âgées et contribuer à faire changer les discours négatifs ou les stéréotypes à leur sujet.

Le gouvernement togolais renouvelle son engagement à œuvrer davantage pour améliorer l’accès des personnes âgées aux services sociaux de base.

Khaled Bonfoh

Tournée de l’UCT sur l’appropriation des ODD pour la mise en œuvre du PND: L’étape de Tsevié

64 elus locaux de la région maritime ont été conviés à un atelier de sensibilisation et d’information sur les objectifs de développement durable (ODD) lundi à Tsevie (35 km au nord de Lomé).

C’est une initiative de l’Union des Communes du Togo (UCT) qui vise à renforcer les capacités des élus locaux en matière d’appropriation locale des ODD pour la mise en oeuvre efficace du Plan national de développement.

Selon Tcha-Kolow Esso, chargé de mission de l’UCT, les élus locaux doivent s’imprégner d’une meilleure connaissance des ODD pour une meilleure structuration de leurs actions de développement afin d’atteindre les cibles prioritaires de ces objectifs pour leur communauté respective.

Pour sa part, Etse Kodjo, préfet du Zio, a expliqué que le thème central de cette rencontre «ODD, enjeux et defis», consiste à créer et renforcer la solidarité entre les élus locaux afin de lutter convenablement pour l’émancipation et le développement des différentes communes.
«C’est un projet à fort impact qui doit contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations. Les élus locaux doivent mieux maitriser les ODD afin d’impulser un nouvel élan qui impacte considérablement les Togolais de toutes les couches sociales», a t’il déclaré.

Le rôle des élus locaux s’avère donc indispensable dans la réalisation du PND. Il consiste à identifier sur le terrain les personnes vivant dans la pauvreté, cibler les ressources et les services qui les aideront à s’en sortir, assurer les services de base au niveau local tels que l’eau et l’assainissement et développer une stratégie locale de développement économique pour la création d’emploi. Au sortir des travaux, Tcha-Kolow espère que les participants à cette rencontre pourront concilier les ODD et le PND, outil de développement des communautés locales et des collectivités territoriales.

Après Tsevié, cette tournée d’information et de sensibilisation va s’étendre sur Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong.

Khaled Bonfoh

Togo: Le PND au cœur de la visite de Cyril Ramaphosa ce jeudi

Cyril Ramaphosa est attendu ce jeudi après-midi à Lomé. Le président sud-africain sera accueilli à l’aéroport international Gnassingbé Éyadéma, par son homologue togolais, Faure Gnassingbé.

Cette visite, voulue par le N°1 togolais, s’inscrit dans le cadre de la coopération économique entre les deux pays.

Cette visite de deux jours intervient « au moment où l’Afrique du Sud veut dynamiser ses échanges commerciaux et le Togo tirer les dividendes du renforcement de l’intégration commerciale africaine», indique une source officielle de la présidence togolaise.

Demain vendredi, Faure Gnassingbé et Cyril Ramaphosa auront un tête-à-tête qui sera suivi de la visite de plusieurs infrastructures de développement, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement (PND 2018-2022).

L’Afrique du sud s’intéresse bien au Togo via plusieurs de ses entreprises qui avaient marqué leur désir de s’y installer, dont la Technology Innovation Agency (TIA).

En 2018, Faure Gnassingbé prenait part à l’investiture de Cyril Ramaphosa.

Ambroise D.

Le Togo veut redynamiser le secteur du tourisme pour la réussite du PND

Plusieurs actions sont menées ces dernières années dans plusieurs secteurs de développement du Togo pour la réalisation du Plan National de Développement (PND 2018-2022).

Ce mardi à Lomé, le ministère de la culture, du tourisme et des loisirs a organisé le 1er forum qui réunit acteurs et promoteurs touristiques du Togo.

Durant deux jours, les participants devront discuter de tous les sujets relatifs à l’amélioration du secteur touristique et proposer des solutions et réponses claires et suscintes.

Il sera également question de mener des réflexions sur thème «quelle contribution du secteur du tourisme à l’atteinte des résultats de PND».

Selon le ministre du tourisme Kossivi Egbetonyo, la presente rencontre marque l’aube d’une nouvelle ère. «J’ose espérer que les débats seront fructueux pour une contribution notable à l’atteinte effective des objectifs assignés», a t’il déclaré.

Faire donc passer la part du tourisme dans la création de richesse de 4% du PIB en 2015 à 6,2% en 2022, faire passer le nombre de visiteurs pour 100 habitants/an de 3,2 en 2015 à 5 en 2022 et créer au moins 10.000 emplois directs décents, c’est l’ambition des organisateurs de ce forum. Une ambition qui, à en croire le ministre du tourisme, peut se réaliser à travers la diversification, l’accroissement et la valorisation de l’offre touristique, la facilitation du financement des investissements dans le secteur touristique et hôtelier et l’amélioration du cadre normatif et institutionnel.

Le ministre Kossivi Egbetonyo a enfin remercié le chef de l’Etat Togolais Faure Gnassingbe pour sa volonté de faire du Togo un hub de logistique et un centre d’affaires de premier plan dans la sous région ouest africaine.

Il faut rappeler qu’en 2018, le Togo a enregistré 712.000 touristes avec une recette hôtelière de 48 milliards de fcfa .

Khaled Bonfoh

Togo: Le PND, “Amies et Soeurs” s’y met aussi

“Amies et Soeurs “a été officiellement lancé ce lundi 28 octobre 2019 à Lomé. C’est un mouvement qui se donne pour mission l’accompagnent et l’épanouissement des personnes les plus vulnérables sur toute l’étendue du territoire national.

À travers cette initiative, les responsables du Mouvement espèrent apporter leur contribution au développement du pays et en même temps apporter un soutien  au plan National de Développement(PND).

Selon Yolande Awadé, présidente du Mouvement “Amies et soeurs”, cette initiative vient répondre à l’appel du chef de l’État qui veut faire du Togo une nation prospère et émergente.
«Nous voulons aider et accompagner les femmes en particulier et tous les Togolais en général. Nous projetons de mener des actions concrètes sur le terrain dont le démarrage des travaux de réhabilitation de la maternité de la commune Ogou 3 dans les semaines à venir. Nous allons également y distribuer des vivres et non vivres aux femmes demunies», a t’elle déclaré.

La cérémonie de lancement officiel s’est déroulée en présence du maire de la commune Ogou 3, Dieudonné Thaddée, et du député Dieudonné Adzaklo.

Togo/Karité : Enfin une faitière nationale avec Elisabeth Pali-Tchalla à sa tête !

Les acteurs du secteur karité du Togo ont désormais leur faitière nationale. La Fédération Inclusive du Karité du Togo (Coopérative avec Conseil d’Administration), FIKATO COOP CA, a été porté ce vendredi sur les fonts baptismaux. C’est à l’issue d’un atelier national de validation des statuts et règlement intérieur et d’une Assemblée Générale Constitutive tenus les 10 et 11 Octobre 2019 au Palais des congrès de Kara présidés par le Prefet de la Kozah en présence des représentants du Ministère de l’Agriculture, du ministère du Commerce et des représentants des faitières sœurs.

Madame Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA a été portée à la tête de cette faitière nationale regroupant des pépiniéristes, des collecteurs, et des transformateurs du karité au Togo. La présidente Directrice Générale de la Société Togolaise du Karité, STK, qui est la pionnière de ce processus de réorganisation de la filière karité au Togo a été plébiscitée par l’assemblée des délégués de toutes les Unions Régionales des Coopératives de karité du Togo pour un mandat de quatre ans. Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA préside un bureau de 11 membres
« Je voudrais vous rassurer de mon entière disponibilité et mon engagement sans faille à défendre les intérêts de notre grande famille et de tous ses membres, que ce soit au Togo ou partout ailleurs dans le monde, dans la dynamique des efforts consentis par le président de la République, son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE pour gagner le pari de l’autonomisation des femmes surtout en milieu rural… », s’est engagée la nouvelle présidente de la FIKATO COOP CA.
C’est la première fois que la filière karité au Togo se dote d’une faitière nationale. La mise en place de cette fédération nationale des acteurs du karité est l’aboutissement d’un processus de réorganisation de ce secteur entrepris par Madame Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA depuis plus de deux ans et constitue une suite directe des formations des coopératives et des unions régionales des acteurs de la filière karité conformément à l’acte uniforme de l’OHADA. « Au moment où le gouvernement togolais sous la houlette du président de la République s’active dans la mise en œuvre du plan National de Développement 2018-2022, votre volonté de vous mettre ensemble dans cette faitière est à saluer car vous constituez un maillon important du PND notamment en son axe 2 », s’est félicité le préfet de la Kozah, le colonel BAKALI.

Classé dans le top 10 des grands pays producteur du karité en Afrique, le Togo dispose d’un fort potentiel de karité dans sa région septentrionale et compte plusieurs milliers de femmes qui vivent des activités liées au karité. Ces dernières années, elles ont bénéficié des appuis multiformes de la Société Togolaise du Karité(STK), de la filière karité du Togo(FIKATO) et du Programme d’Appui aux Populations Vulnérables(PAPV).

Togo: Une soixantaine de médias officiellement au service du développement agricole du pays

Le ministère de l’agriculture a procédé jeudi 26 avril 2019, à Lomé, à la signature d’un contrat de partenariat avec 60 organes de presse togolaise.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle dynamique entreprise par le ministère, celle de contribuer au renforcement d’une part de la dynamique des initiatives en faveur de la relance de l’agriculture togolaise et d’autre part, à accroître la visibilité des acteurs dont les communautés agricoles à travers leur efforts.

L’implication de la presse dans cette initiative vise à accompagner les différents acteurs du Togo dans la promotion du secteur agricole.

Pour le ministre de l’agriculture Koutera Bataka, l’objectif est de donner une visibilité nette au secteur agricole togolais.

Les médias vont désormais jouer le rôle de relais des activités à tous les niveaux du ministère afin de produire un éventail de programmes à savoir, des articles, des émissions, magazines accessibles dans les différentes régions du pays. Des informations seront également diffusées sur les productions agricoles comme le café, le cacao et le coton.

Ce partenariat vient à point nommé s’incruster dans le Plan national de développement (PND 2018-2022) en son axe 2.
L’agriculture togolaise joue un rôle très important dans le développement économique du Togo et occupe 70% de la population active générant 20% des exportations.

Khaled Bonfoh

Faure Gnassingbé : « « Le présent forum est la meilleure traduction de la convergence de vues entre l’UE et le Togo »

Enfin le jour J ! Le premier forum économique Togo – Union Européenne (FETU) s’est ouvert ce matin à l’hôtel 2 Février à Lomé.  A l’ouverture, le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a salué la qualité du partenariat entre le Togo et l’Union Européenne et invité à la convergence des énergies pour le développement.

« Le présent forum est la meilleure traduction de la convergence de vues entre la Commission européenne et le gouvernement togolais, sur la nécessité de consolider nos liens, en œuvrant ensemble à promouvoir davantage l’investissement et la création d’emplois, en vue de soutenir la croissance », a déclaré le chef de l’Etat togolais qui mise beaucoup sur cette rencontre d’échanges économique entre investisseurs européens et opérateurs économiques togolais pour financer l’ambitieux Plan national de développement (PND) dont le Togo s’est doté en mars dernier pour le quinquennat 2018-2022.

« Depuis quelques années, nous avons eu recours à l’investissement public pour répondre à nos objectifs de modernisation de l’économie, avec un accent sur la réhabilitation de nos infrastructures. Cela a produit -dans une mesure appréciable- l’effet escompté, en nous permettant de maintenir un taux de croissance stable. Désormais, avec le PND, nous voulons faire plus et mieux, en nous tournant vers le secteur privé dont les leviers restent, en définitive, plus efficaces pour soutenir le développement des secteurs porteurs », a-t-il souligné.

« Je suis très heureux de participer à l’ouverture de cet événement inédit. Je suis ici pour dire que l’UE veut et peut soutenir chacune vos projets de développement », a laissé entendre le vice-président de la Commission de l’UE, Jyrki Katainen, qui prenait également par à la cérémonie d’ouverture du forum qui s’achève demain.

Togo: Du matériel pour les coopératives des femmes de la filière karité pour la campagne 2019-2020 

C’est parti pour la campagne de karité 2019-2020. La présidente de la filière du Togo (FIKATO), Elisabeth Essodolom Pali-Tchalla a officiellement lancé cette saison au cours d’une tournée qu’elle a effectuée du 27 au 31 Mai 2019 dans les régions productrices du karité.

Elavagnon, Sokodé, Kara et Dapaong sont les principales étapes de cette tournée de la présidente de la filière karité du Togo où elle a offert du matériel aux femmes de plusieurs sociétés coopératives du secteur. Du matériel composé entre autres de tricycles, de bassines, des gants, des bottes, des coupe-coupe, des sacs…etc.

Cette remise du matériel aux groupements de femmes de la filière karité du Togo est le résultat d’un partenariat avec le Programme d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV) voulu par le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé. L’opération a pour objectif de booster et sécuriser la production nationale du karité   afin de contribuer par ricochet à l’autonomisation économique des femmes surtout en milieu rural.  Cette démarche vise surtout à garantir des meilleures conditions de vie et de travail des actrices de la filière karité pour contribuer notamment à la réalisation de l’axe 2 du Plan National de Développement (PND) lancé le 04 Mars 2019 par le Chef de l’Etat.

Au-delà de ce matériel, le Programme d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV) et la filière karité du Togo, ont construit des forages au profit de ces sociétés coopératives de la filière karité du Togo. « Il s’agit d’une étape importante dans le vaste programme de durabilité de la filière karité du Togo soutenu par le gouvernement Togolais et ses partenaires », a lancé Mme Pali-Tchalla tout en invitant les femmes à jouer leur partition dans la mise en œuvre du PND.

Classé parmi les 10 premiers pays producteurs du Karité en Afrique, le Togo fait partie de l’Alliance Globale du karité qu’il a intégré en Mars 2018 lors de la 11 ème Conférence mondiale annuelle du Karité tenue du 12 au 14 Mars 2018 à Abuja au Nigéria. Avec son nouveau statut de pays membre de l’AGK, le Togo entend bien faire du karité une culture de rente au même titre que le café, le cacao ou encore le coton.

Depuis Novembre 2017, la présidente de la filière karité du Togo, Elisabeth Pali-Tchalla a procédé au renforcement des capacités de plus de 800 femmes des régions Centrale, Kara et Savanes sur les bonnes pratiques dans le domaine du karité.

On estime en Afrique à plus de 4 Millions le nombre de femmes qui vivent de l’activité du karité. Au Togo, le karité occupe essentiellement les femmes dans la région septentrionale à travers la production et la commercialisation du beurre de karité et de ses produits dérivés.