Togo: Près de la moitié du budget 2020 allouée au social

L’assemblée nationale togolaise a examiné et voté à l’unanimité mercredi dernier la loi des finances de l’État gestion 2020.

Pour l’exercice 2020, les prévisions budgétaires s’équilibrent en ressources et en charges. Estimé à 1.466.2 milliards de FCFA, le budget finance gestion 2020 va permettre de renforcer les conditions pour une croissance économique forte, créatrice d’emplois et durable. Elle vise également à créer plus de richesse et mobiliser la collecte de ressources internes.

Composées du budget général et des comptes spéciaux du trésor, ces prévisions sont supérieures à celles de 2019 et s’élèvent à 1.430,1 milliard soit un taux de croissance de 2,5%.

«Le budget prend en compte les grandes orientations suivantes, le financement de l’investissement à hauteur de 2,3%des ressources budgétaires, la prise en compte de la dimension sociale, politique tirée de la vision du chef de l’État à travers son Plan national de développement (PND 2018-2022). 46,8% du budget sera alloué au projets sociaux dont la santé qui a vu son budget progresser de 41%», a déclaré Sani Yaya, ministre de l’économie et des finances.

Pour sa part, Dzigbodi Yawa Tsègan, présidente de l’Assemblée nationale, s’est réjouie des résultats engrangés par les différentes commissions et de l’abnégation des parties prenantes.

Khaled Bonfoh

Fin de mission du FMI au Togo: Le bilan général indique une chute considérable de la dette publique

Au titre de la 6e et dernière revue semestrielle du programme de Facilité Élargie de Crédit (FEC), le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a livré mardi 18 décembre 2019 à la presse son rapport sur l’économie togolaise.

Au terme de trois ans de collaboration autour du programme FEC, le Togo s’en sort avec une réduction significative du déficit budgétaire et de la dette publique ainsi que des réformes structurelles importantes.

Selon Rasafimahefa Fizara, cette performance économique se traduit par les efforts menés par le pays pour se conformer aux critères de convergence de l’UEMOA en matière de déficit budgétaire.

L’assainissement budgétaire entamé en 2017 reste soutenu, le deficit budgétaire global étant estimé à 2,2% du PIB à fin septembre 2019. Le recouvrement de la dette a été conforme aux prévisions, le niveau élevé des recettes douanières ayant compensé les faiblesses constatées dans le recouvrement des impots, la dette publique totale qui s’élevait à 81% du PIB à la fin de 2016 est en baisse et devrait tomber à 70% du PIB à la fin de 2019», a t’il déclaré.

En termes de reformes réalisées par le FMI au cours de sa mission, hormis la réduction de la dette publique, on note entre autres la mise en oeuvre de mesures liées à l’administration des recettes, la rigueur dans l’évaluation et la sélection des projets d’investissement public, l’instauration des téléprocedures dans le but de garantir le recouvrement des recettes, les contrôles internes pour lutter contre la corruption et la réduction des exonérations fiscales et l’amélioration du climat des affaires.

Ce dernier rapport indique également que la croissance économique devrait s’accélérer de 4,9% en 2018 à 5,5% en 2020.

Un bilan positif et un pari gagné selon Sani Yaya, ministre de l’économie et des finances. «L’objectif du gouvernement est de parvenir à un développement plus inclusif. Nous allons poursuivre les efforts de mobilisation des recettes pour réduire au maximum la dette publique. Mais il faut rappeler que cette mission du FMI s’est déroulée dans de très bonnes conditions, dans un esprit d’ouverture avec la coopération et la collaboration entre les services techniques nos deux services techniques.Ce qui traduit l’excellence des relations entre le FMI et le Togo dans un partenariat qui s’est fait dans la confiance, la transparence et le respect mutuel», s’est-il rejouit.

À ce jour, la mission du FMI est à terme. Les responsables de l’institution de Breton Woods ont énuméré des performances louables mais soulignent que des incidences électorales pourraient empiéter sur la situation macroéconomique intérieure du pays.

Khaled Bonfoh