Teodorin Obiang Nguema: Adjugé vendu !

Sept Ferrari, cinq Bentley, une Maserati et une Aston Martin, liquidées a plus de 21 millions d’euros ce 29 septembre à Genève, toutes appartenant à Teodorin Obiang Nguema, fils du président de Guinée Equatoriale et lui-même vice-président.

Au total 25 voitures ont été Vingt-cinq voitures de luxe ont été mises aux enchères, parmi elles, des curiosités : deux hypercars, une Lamborghini Veneno Roadster blanc cassé, vendues autour de 5 millions d’euros, et une Ferrari hybride jaune d’une valeur de 2,5 millions d’euros.

Ramifications d’une vielle affaire

Cette affaire remonte à 2016, après l’ouverture d’une procédure pénale à l’encontre du fils du président de la république équato-guinéenne. Entre accumulation d’un patrimoine considérable en France et le détournement de deniers publics, il a été retenu en 2017 « biens mal » acquis contre le vice-président de Guinée Equatoriale une décision contre laquelle il fait appel.

En Suisse, c’est la procédure pour « blanchiment d’argent et gestion déloyale des intérêts publics » qui a été classée en février, après la promesse d’un versement de 1,4 million d’euros par Malabo. Procédure finalement convertie en procédure de règlement à l’amiable, tenant de la promesse des autorités équato-guinéennes à l’affectation des recettes issues de la présente vente pour un programme à caractère social en Guinée équatoriale.

Les dernières tentatives d’annulation de la vente aux enchères souhaitée par la partie équato-guinéenne n’aura rien donné. Une chose est lisible, en acceptant une procédure de règlement à l’amiable, les parties reconnaissent implicitement qu’il y a eu un enrichissement illicite.

Ambroise DAGNON