FDR, cinq ans après: bilan, analyse et perspectives

décembre 1, 2021 :

Les militants des Forces démocratiques pour la république (Fdr) ont pris d’assaut la salle polyvalente de l’Église évangélique presbytérienne de Nyékonakpoè (Lomé) ce dimanche 28 novembre 2021, à l’occasion de la célébration du cinquième anniversaire du parti fondé en 2016….Load more

Les militants des Forces démocratiques pour la république (Fdr) ont pris d’assaut la salle polyvalente de l’Église évangélique presbytérienne de Nyékonakpoè (Lomé) ce dimanche 28 novembre 2021, à l’occasion de la célébration du cinquième anniversaire du parti fondé en 2016. Une opportunité pour son Président, Me Paul Dodji Apévon, de dresser le bilan de ce parcours quinquennal, mais également de porter un regard critique sur la gouvernance de l’État. Les stratégies de l’opposition pour la conquête du pouvoir ont également été passées à la loupe lors de cette célébration qui a, par ailleurs, été une tribune idéale pour formuler des propositions en vue de la relance du combat pour l’alternance politique au Togo.

Les FDR, cinq ans après

C’est le 26 novembre 2016 que le parti Forces démocratiques pour la république (Fdr) est né, devenant le 110ème parti du landernau politique togolais. Cinq ans après, le bilan est, tout sauf nul, pour une jeune formation politique, surtout dans un contexte sociopolitique marqué, non seulement par le verrouillage des institutions étatiques rendant presqu’impossibles les victoires électorales des partis d’opposition, mais aussi par le désintéressement des populations de la chose politique.

Ainsi, le parti a contribué au renforcement de l’opposition à travers des alliances politiques notamment au sein de la Coalition pour l’alternance politique en 2015 (Cap 2015) et surtout la Coalition des quatorze partis d’opposition (C14) créée au lendemain des mouvements du 19 août 2017 et qui avait permis, en son temps, de contraindre le pouvoir de Lomé à lâcher du lest sur certains points.

Le parti a également pris part aux discussions au sein de la Concertation nationale des acteurs politiques (Cnap) initiée en janvier 2021 par le gouvernement. Dans ce cadre, le parti de Me Apévon avait « soutenu avec énergie que les discussions ne soient pas limitées aux conditions d’organisation des régionales, mais incluent aussi toutes les élections à venir dans notre pays et d’autres sujets importants d’intérêt national aussi bien sur le plan social qu’économique ».

Aujourd’hui, les Fdr sont à la tête de quelques mairies et sont représentées par des conseillers dans des communes.

Un déficit démocratique criard et une mauvaise gouvernance

Dans sa déclaration à l’occasion de l’apothéose de son anniversaire, le parti Fdr constate « avec regret et consternation que le déficit démocratique que connaît notre pays ne trouve guère une issue et déplore le manque criard de volonté de ceux qui ont confisqué le pouvoir pour sa simple jouissance ».

Le parti dénonce en effet l’instrumentalisation de la justice togolaise. Pour les Fdr, la justice n’a jamais été aussi bien utilisée pour intimider les adversaires politiques en vue de les faire taire. « Depuis la dernière farce électorale, tous ceux qui en contestent légitimement les résultats sont traqués comme de vulgaires malfrats, emprisonnés pour certains et contraints à l’exil pour d’autres. En ce 21ème siècle, des opposants croupissent en prison pour avoir simplement usé de leur droit de liberté d’opinion », fustige le parti qui condamne par ailleurs le fait que « le gouvernement ne cesse de multiplier des actes pour entraver les activités des partis politiques, des OSC, sous des prétextes fallacieux et inadmissibles ».

Les Fdr considèrent que la gouvernance du pays est basée sur une vision de courte vue, en ce sens qu’ « on surendette le pays pour mettre en œuvre des projets et programmes économiques mal ficelés et sans réels impacts sur le développement, hypothéquant dangereusement la vie des générations futures. Le PND, présenté tambours battants comme le moyen miracle pour créer des milliers d’emplois au profit de la jeunesse, n’a été qu’un simple slogan politique vite oublié au profit du nouvel outil de propagande du régime qu’est la feuille de route gouvernementale 2020-2025 ».

La cherté de la vie exacerbée par la multiplication des faux frais et la création de nouvelles taxes dans un contexte de crise sanitaire sans précédent constituent, aux yeux de Me Apévon et de ses partisans, la preuve irréfragable que « le bien-être des citoyens n’est pas la préoccupation » du gouvernement togolais.

C’est clair pour Paul Dodji Apévon que « la situation dangereuse et inquiétante, qui dure depuis trop longtemps déjà dans notre pays, a fini par agacer et décourager un nombre de plus en plus grand de nos concitoyens qui perdent progressivement foi en les élections et pour la chose publique. Et c’est ce désespoir qui pousse certains d’entre eux à affirmer que ce ne sont pas les élections qui vont régler notre crise qui dure depuis des décennies ». Malheureusement, « pendant que les populations subissent les affres de la dictature dans leur pays, elles ne reçoivent, dans la plupart des cas, aucun secours des institutions régionales, africaines et européennes ».

Ce sont ces frustrations nées du climat de terreur délibérément instauré, d’injustice judiciaire et sociale qui sont, a indiqué le patron des Fdr, pour souvent le terreau du radicalisme, des soulèvements populaires, des guerres civiles et des coups d’Etat qui freinent le développement de nos pays car, comme l’esclave qui cherche et trouve les moyens pour briser les chaînes qui le retiennent, l’opprimé trouve tôt ou tard les moyens pour rompre les chaînes de l’oppression.

Pour autant, l’avocat Apévon croit encore en la vertu des élections comme le meilleur moyen démocratique de dévolution du pouvoir. C’est pourquoi « si les élections sans lendemain ont fini par nous lasser, la question est de savoir si la meilleure attitude à adopter est de tout abandonner entre les mains de ceux qui continuent de s’imposer à nous par la force et la violence. », s’est-il interrogé avant de renchérir « Si c’est le cas, c’est eux qui ont tout à y gagner. »

Pour lui, les Togolais n’ont pas le droit d’abdiquer, mais travailler d’arrache-pied contre le découragement ambiant et pousser chaque compatriote à se réarmer mentalement pour reprendre la lutte qui seule permettra au Togo de sortir de la situation d’enlisement actuel.

Ainsi, en participant « de bonne foi » au dernier dialogue de la Cnap, l’objectif poursuivi par les Fdr était de « contribuer à une réflexion collective sur tous les problèmes politiques et de gouvernance auxquels notre pays est confronté depuis plusieurs décennies et non dans le dessein réducteur des élections régionales devant conduire à la mise en place du sénat comme le laissent croire nos détracteurs ».

Malheureusement, déplore le président des Fdr, le pouvoir a tout simplement édulcoré les maigres résultats auxquels les acteurs politiques sont parvenus au sein de la Cnap. Raison de plus pour garder allumé le flambeau de la lutte. Ce qui passe par un travail de remobilisation qui doit être l’affaire de tous : partis politiques, organisations de la société civile, diaspora et la population dans son ensemble. Et pour y arriver, « chacun de nous doit faire un examen de conscience pour reconnaitre sa part de responsabilité dans ce qui nous arrive et se départir de cette propension malsaine qui nous amène à catégoriser les autres chaque fois qu’ils ont un point de vue contraire au nôtre ».

Opposition togolaise : s’unir ou périr

Dans son adresse ce dimanche 28 novembre, Me Apévon a encore réaffirmé son attachement à l’union de l’opposition qui ne doit plus être un simple slogan. Il faut construire une vraie opposition dans laquelle chacun des membres est disposé à consentir de véritables sacrifices indispensables pour atteindre les résultats attendus.

« Le rassemblement de toutes les forces de l’opposition est une nécessité vitale et incontournable et nous devons tous nous y atteler mais en procédant désormais autrement pour nous donner les meilleures chances de réussite. C’est pourquoi je lance encore un appel à tous afin que nous acceptions dès à présent, et avec humilité, de consentir les sacrifices nécessaires pour engager une réflexion profonde sur le sujet afin de donner une image plus reluisante à notre opposition qui est devenue aujourd’hui l’ombre d’elle-même », a lancé Me Apévon qui a, par la même occasion, appelé à la fin des campagnes de dénigrement des acteurs politiques de l’opposition constatées sur les réseaux sociaux depuis la présidentielle de 2020.

Ambroise DAGNON

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Visited 50 times, 1 visits today)
  • Partenaires & Liens

  • Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

    Mivazik - La Plateforme de promotion des musiciens Africains

  • Africaone - Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

    Le plus grand annuaire professionnel des entreprises de l'Afrique et de la diaspora ...

  • A Propos

  • - African Social Network - Social Networking sites used in Africa - Africa's top Social Network - Social Network used in Africa - First Social Network for Africa.

    Decouvrez Togosocial - Le reseau social du Togo - Togolese Social network Yaamo - Interest based Social network Djinam - Le moteur de recherche Togoois - Togolese Search Engine Le meilleur site des annonces au Togo - Annonces immobiliers - Annonces a' vendre au Togo Solutions de conception de site web au Togo. Service Cloud hebergement de sites web Togo - Service et Support IT au Togo Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Best hair braiding in Decatur GA Yaamo interest-based advertising Yaamo is the Social Network about increasing revenue for you and your Business. JOIN TODAY! We are a proud Member. Yaamo helps you advertise. They make it easy and affordable. Togosocial - Le réseau social du Togo - Togolese Social network BNN(Blog, Nouvelles & notes) actualités Togo est le site Togolais des actualités, nouvelles, blogs et notes du Togo et de la Diaspora. BNN redéfinit le journalisme populaire en donnant aux Journalistes, Blogueurs, Écrivains, Etudiants, Universitaires Togolais ou a tout Togolais le meilleur outil pour partager leurs idées, leurs écrits, leurs expériences et les actualités au Togo et dans la Diaspora. L’application Freewriter BNN Togo actualités est sociale et s’intègre directement sur votre profil Togosocial et aussi sur le fil d’activités de vos amis sur le réseau permettant au monde un accès direct à vos articles.